Rechercher dans ce blog

Sexy Maths Art Language


inventaire & textures mathématiques
/ huile et acrylique sur bois
2 x 240 cm x 100 cm


Sexy Maths Art Language: Le Projet

     Passionnée de maths dès le collège, je les ai pratiquées durant mes études (niveau Maths Sup, étude des probabilités et statistiques) puis dans mon activité professionnelle quelques années (segmentations de marché et premières expérimentations de systèmes experts). Les maths furent un vecteur de communication et de rencontre avec quelques pairs passionnés comme moi, mais aussi une compagne de mon ennui voire un facteur d'isolement et d'incompréhension vis à vis des personnes les plus réfractaires... 



     En plus de mes souvenirs et des manuels scolaires que j'ai gardés précieusement, j'ai juste pour le plaisir collecté au fil des années, des "objets" mathématiques que je trouvais beaux (signes, schémas et formules, leurs apparitions photographiées dans la vie de tous les jours, le LaTeX, quelques extraits des travaux du collectif Bourbaki, etc.) me constituant ainsi une véritable bibliothèque riche de centaines d'éléments dont je savais qu'elle constituerait un jour une source d'expression ou de création...
Depuis qu'est née en moi cette envie de présenter un projet sur le langage mathématique et ses signes, j'ai consulté ces archives, exploré mon ressenti, mon vécu et complété cela de lectures diverses sur le thème du langage, des signes et des symboles, des maths et aussi de manière plus générale du langage dans les sciences et du rapport art sciences et langage (cf bibliographie en bas de page)

     J'ai également exploré le travail plastique de Bernard Venet, Fabrice Hyber ou Matt Mullican, celui de Sol Lewitt et de plusieurs artistes du collectif ESMA, des vidéos scientifiques telles que les séries Dimensions et Chaos, et profité de la médiatisation de Cédric Villani, mathématicien français lauréat de la médaille Fields en 2010. 

     J'ai ainsi mûri et alimenté peu à peu une réflexion personnelle et mis en évidence certains paradoxes et des contradictions liés à cet univers des signes et du langage mathématique. 



     J'ai pu observer une opposition entre l'aspect universel de ce langage de communication et son aspect corporatiste élitiste, son côté objectif déductif descriptif précis et toute la poésie le plaisir la séduction le doute et la subjectivité en lien avec l'appropriation intuitive personnelle de sa logique, la beauté inhérente à ses tournures et la richesse symbolique de ses "graphèmes", la froideur stricte toute géométrique et répétitive de ses signes et symboles à l'esthétique chaleureuse et unique de ses formes et de ses formules, la répulsion ou la fascination qu'il suscite, sa dimension scientifique physicienne et démonstrative à sa dimension mystérieuse et ésotérique.
 
     Je présente ici une production plastique dont le principal matériau de construction est cet ensemble de signes et de formules collectés au fil du temps avec, sous la forme d'un inventaire subjectif non exhaustif, une tentative de représentation des caractéristiques et émotions contradictoires et pourtant jubilatoires que j'éprouve à leur contact depuis que je les lis, les écris, les manipule et les collectionne.

    Pour ce faire, je travaille en écho sur deux supports, noir sur blanc et blanc sur noir, représenter l'envers et l'endroit, le plus et le moins, et ainsi l'ensemble des contradictions au travers de ce jeu d'écho noir/blanc, obtenir un effet miroir sans toutefois rechercher une symétrie parfaite. Ils sont de forme rectangulaire (240 cm x 100 cm), allongés horizontalement pour évoquer des tableaux d'écriture noir ou blanc, supports "naturels" des mathématiciens.


      L'utilisation de l'effet visuel brillance sur les deux productions est une référence détournée au langage informatique LaTeX, un langage "sexy" cher aux informaticiens et autres adeptes du slogan #wemakeporn, clin d’œil aux aficionados des mathématiques qui connaissent mieux que quiconque le pouvoir de séduction des maths pour avoir été eux-mêmes ... envoutés.


      L'adjonction de couleurs sur le support blanc illustre la dimension frivole, poétique, intuitive et imaginaire du langage mathématique tandis que le support noir recouvert de signes et formules écrits "à la craie blanche" en donne une représentation plus classique, plus rigoureuse et formelle. 



 Les deux tableaux sont placés l'un en face de l'autre: le regard du spectateur peut ainsi aller d'une pièce à l'autre, les comparer dans tous leurs aspects et chacune de leurs divergences... ou librement se laisser imprégner de l'effet de vertige visuel et du flot d'émotions paradoxales ainsi ressenties...



Remerciements à
Quentin J. pour ses conseils et les références artistiques,

Tth pour ses prêts de lectures,
Arthur D., mathématicien, pour son aide dans le choix des "formules qui claquent".



... / Installation présentée dans le cadre du THSF #9
 
... / Formulaire par Arthur D.

... / Sonnet de Chançay (André Weil - 1937)


André Weil au tableau lors 
d'un congrès Bourbaki
Soit une multiplicité vectorielle,
Un corps opère seul, abstrait, commutatif.
Le dual reste loin, solitaire et plaintif,
Cherchant l'isomorphie et la trouvant rebelle.
Soudain bilinéaire a jailli l'étincelle
D'où naît l'opérateur deux fois distributif.
Dans les rêts du produit tous les vecteurs captifs
Vont célébrer sans fin la structure plus belle.
Mais la base a troublé cet hymne aérien :
Les vecteurs éperdus ont des coordonnées.

Cartan ne sait que faire et n'y comprend plus rien.
Et c'est la fin. Opérateurs, vecteurs, foutus.    
Une matrice immonde expire. Le corps nu
Fuit en lui-même au sein des lois qu'il s'est données.
   

... / Bibliographie


Ian Stewart. - Dieu joue-t-il aux dés? Les mathématiques du chaos. - éd.Flammarion 2001. -
Frédéric Laroche. - Promenades mathématiques: histoire, fondements, applications. - éd. ellipses 2003. -
Adrian Frutiger. - Des signes et des hommes. - éd. Delta & Spes 1978. -
Georges Barthélemy. - Les mathématiques, art science et langage - éd. Ellipses 2003. -
Pierre Brémaud. - Introduction aux Probabilités, modélisation des phénomènes aléatoires. - éd. Springer-Verlag 1988. -
Lucien Chambadal. - Formulaire de mathématiques. - éd. Dunod Université 1980. -
Denis Bitouzé & Jean-Côme Charpentier. - LaTeX l'essentiel. - éd. Pearson 2010. -

Articles du CNRS . - 2017. - (Jocelyne Erhel. - A propos du langage et des notations mathématiques. - Nazim Fatès. - Le dire mathématique. - Christian Retoré. - La langue commune au cœur du raisonnement, notamment mathématique. - Hervé le Dret. - Word n'est pas une fatalité. - Denise Grenier. - Un langage nécessaire pour raisonner et prouver en mathématiques. - Aboubakar Maitournam. - La langue française nuit-elle aux maths? - Etienne Ghys. - Les images comme symboles mathématiques. - René Cori. - Ces fichues variables. -)

Wikipedia Table de symboles mathématiques. - Table des symboles littéraux en mathématiques. - Unicode. -
Anonyme. - Symboles et notations mathématiques. -
Bourbaki. - Archives Bourbaki. -
Blog Mathématiques et poésie. - quelques découvertes. -
Boris Gourévitch. - Ramanujan, l'univers de Pi. - 2013. -
Laurent Lafforgue. - Les mathématiques sont-elles une langue? - 2014. -
Denise Demaret-Pranville. - Art et mathématiques, une vision artistique ou scientifique du monde: opposition ou complémentarité? - 2014.
Bruce C. Berndt. - An overview of Ramanujan's notebooks. - 1984. -
Alexis Nasr. - Théorie des langages. - 1 et 2 - 2016. -



... / Retour sur mon projet au THSF 2016 ICI